Envoi

Après tous ces présents reçus durant trois jours, à nous de fleurir là où nous rentrons. Nous emportons avec nous les messages de solidarité, de paix, d’amitié, toutes ces petites graines que nous ferons germer à notre tour.

Pour nous le rappeler, chacun de nous a reçu un kalanchoé, souvenir de ce beau pèlerinage.

 

Lundi : Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour.

Faisons confiance à Dieu, Il sait ce qui est bon pour nous. Il connait notre cœur et nos richesses enfouies. Souvent nous ne nous sentons pas dignes de lui.  Que veut dire être digne ? Dieu est au-dessus de nous. Mais Il est si bon qu’Il descend en nous, pécheurs, et se fait hôte de notre cœur. Il se fait intime de nous-mêmes. Il fait tout dépendre de notre libre adhésion.

En ce dernier soir du Triduum, notre célébration a mis à l’honneur les bénévoles qui s’engagent au service du pèlerinage depuis 5 ans et 15 ans. Après avoir reçu la bénédiction du recteur du sanctuaire, Léo Palm, sur fond de Magnificat, chacun a prêté serment à la Vierge des pauvres.

Félicitations à eux !

Procession aux flambeaux

Ce soir, la procession nous a emmenés à travers le sanctuaire à la découverte de saints ayant donné leur vie pour les pauvres. Nous avons prié saint François d’Assise, Padre Pio, Père Damien, Mère Térésa et nous leur avons demandé d’intercéder pour nous auprès du Père.

Notre prière du soir s’est terminée au pied de la Vierge Marie. Nous lui avons demandé de nous aider à écouter Dieu dans le silence et de garder nos cœurs ouverts à sa parole, en toute confiance.

Dimanche : « Il renverse les puissants de leur trône. »

L’évangile du jour nous met face à la question de Jésus : « Pour vous, qui suis-je ? »
Tu es le Christ dira Pierre. D’accord, mais qu’est-ce que cela veut dire ? Comment le conçoit-on ? Un libérateur ? Un battant ? NON ! Sa mission n’est pas celle-là. Il vient nous ouvrir à nous-mêmes.
Avons-nous déjà répondu à cette question : qu’est-ce que Jésus attend de moi ? Que puis-je pour lui ? C’est une question de vie ou de mort. En effet, celui qui perd sa vie la trouvera nous dit la Bible. Il la gagnera car il a renoncé à sa petite personne comme centre de son monde. Il a accepté de se décentrer pour mettre le Christ à la place centrale. Il assume sa croix.

Cette réponse que Jésus nous propose est la réponse du sens de la vie. Et même malade, on reste au centre de la vie, au cœur de Dieu.

Le lien se fait aisément avec le thème du jour « Il renverse les puissants de leur trône ». Dieu agit en faveur des pauvres de cœur au détriment des potentats. Cela universalise l’intervention de Dieu en faveur de la Vierge Marie, son humble servante. Elle aussi a été élevée par Dieu jusqu’à lui.

Ce verset célèbre le renversement des valeurs, opéré par le Christ qui place les faibles et les petits avant tous.