Des matins d’automne

Il est des matins d’automne

qui brillent aux couleurs chaudes de la vie.

Il est des matins d’hiver

qui résonnent tels des cris de désespoir et de malheur.

Il est des yeux

qui coulent des larmes d’horreur et de sang.

Il est des femmes, des hommes, des enfants

Qui suffoquent d’effroi dans la nuit.

Il est des mondes

qui se ferment par la peur de regarder,

de vivre certaines réalités.

Il est des ségrégations

qui brisent les liens d’humanité et de fraternité.

Il est des mots, des paroles, des discours

qui attisent l’indifférence.

Il est des idées, des opinions, des préjugés

et des décisions qui se nourrissent du rejet de la différence.

Mais il est des nuits

où les étoiles scintillent comme des diamants.

Il est des hommes et des femmes

qui ouvrent grand leurs bras pour accueillir et réconforter.

Il est des êtres empreints de fraternité et d’humanité

qui sont des relais pour encourager.

Il est des rencontres d’exception qui changent un destin,

qui illuminent un chemin de vie et qui brillent au firmament.

Yannick Touzé

Va, Marie t’envoie

La dernière célébration de notre pèlerinage nous a rappelé les bons moments vécus durant ces trois jours. La fin d’un Triduum est toujours difficile et émouvante pour beaucoup. Mais comme l’a dit notre prédicateur, Leo Palm, ce n’est pas une fin mais un début. Un début vers la conversion, un départ pour une nouvelle année rechargée par les rencontres, les partages, les sourires échangés à Banneux ce week-end et un envoi vers les autres : membres de nos familles et amis.

Marie nous soutient dans nos actions, nous aide dans les moments difficiles tout comme Jésus qui dans l’évangile du jour nous rappelle « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive, celui qui croit en moi ! »

Alors pour adoucir la séparation et nous donner du courage, les organisateurs du Triduum ont remis à chacun un petit cadeau de départ : un petit sachet de douceurs.

Merci à eux pour cette délicate attention et merci à tous d’avoir fait de ce pèlerinage une réussite.

Hommage à Monseigneur Jousten

En ce dernier jour de notre Triduum, nous tenions à rendre hommage à Monseigneur Jousten qui nous a quittés brutalement il y a un an.

Ami du Triduum, il y passait chaque année quand il était notre évêque. Ensuite, il devenu notre prédicateur durant 6 ans. D’une gentillesse et d’une bienveillance naturelle, Monseigneur Jousten savait se mettre à l’écoute et au service des plus humbles. Il a fait des merveilles durant les six pèlerinages qu’il a prêchés.

Nous pensons bien à lui en ce jour. Nous ne l’oublions pas.