La Vierge des Pauvres à Rome

77076186_2560698897485068_6605929721546932224_nCe dimanche 17 novembre, Mgr Jean-Pierre Delville, évêque de Liège, M. l’Abbé Heinz Schneider, Mme Marlene Kohnen et M. Fabian Delarbre, cérémoniaire, étaient présents à Rome pour représenter le Sanctuaire de Banneux. Ils y ont remis un présent au Pape. En effet, ce dimanche, la Vierge de Banneux a été mise à l’honneur dans la basilique Saint-Pierre de Rome à l’occasion de la 3e Journée mondiale des pauvres.

Trois statues de la Vierge des Pauvres ont été remises au Saint Père : « une de 65 cm en bois comme cadeau personnel pour le Pape, une plus grande de 1,35 m que François pourra donner à un quartier pauvre de Rome, d’Argentine ou d’ailleurs. La troisième, également de 1,35 m, sera placée à l’autel de la Confession de la basilique Saint-Pierre pour les journées mondiales des pauvres », précise-t-on au diocèse.

C’est le Père Jorge Barros, prêtre chilien, qui est à l’origine de ce lien avec Banneux. Il y a plusieurs mois, il a rencontré le secrétaire du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, Mgr José Octavio Ruiz Arenas. Ils ont discuté de la Journée mondiale des Pauvres. L’idée d’un lien avec Banneux a jailli.

« Ce prêtre chilien a passé ses premières années de sacerdoce dans un quartier pauvre de Santiago de Chile, dans la paroisse de la Vierge des Pauvres. Il y est devenu le témoin émerveillé de l’action bienfaisante de Notre-Dame de Banneux auprès des marginaux de nos sociétés » a-t-on expliqué au diocèse de Liège.

 

La Vierge des pauvres au Vatican

Le 17 novembre prochain, la Vierge de  sera à l’honneur dans la basilique Saint-Pierre. Pour l’occasion, l’évêque de Liège sera invité à concélébrer cette messe avec le .

SourceBanneux (4)Quand le pape François a conclu le jubilé de la miséricorde, il a institué une Journée mondiale des pauvres, fixée à l’avant-dernier dimanche de l’année liturgique. En 2019, il s’agira du 17 novembre. Cette année, en accord avec le pape et le Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation, présidé par Mgr Rino Fisichella, Notre-Dame de Banneux, la Vierge des pauvres, sera mise à l’honneur lors de la messe présidée par le pape à la basilique Saint-Pierre.

Offerte au pape par le sanctuaire de Banneux, la statue de la Vierge des pauvres siégera à l’autel de la Confession de saint Pierre. L’évêque de Liège sera invité à concélébrer cette messe avec le pape. Le message de Banneux sera largement diffusé par la même occasion.

Cette circonstance rappelle à chacun l’importance de préparer cette Journée mondiale des pauvres, par des initiatives diverses, qu’il s’agisse de l’animation de la liturgie et de l’accueil des pauvres dans nos communautés.

Article paru sur CathoBel le par 

L’expo « 80 ans » à son tour sur RCF Liège

RCF Liège raconte notre expo !

Notre collaboratrice-archiviste-hospitalière 🙂 Anne, est, ce jeudi 14 septembre, l’invitée de la rédaction de RCF Liège : écoutez-la en direct à 18h15 (93,8 FM) ou réécoutez l’émission à partir de ce soir sur le site de RCF.

Anne a effectué des recherches dans les archives de Banneux, afin de reconstituer l’histoire de ces 80 ans du pèlerinage et, partant, du Sanctuaire.

Fruit de ses recherches : l’exposition qui sera installée dans le hall de l’Hospitalité (côté cour intérieure) durant le pèlerinage.

Cette exposition est accessible toute la journée, car une permanence est assurée pendant nos activités : soyez les bienvenus !

P.S. La carte postale qui illustre cet article vient du site Louveigné, que nous remercions.

Famille chrétienne et Banneux

Une très belle présentation
de « notre » sanctuaire
dans cet hebdomadaire français
de grande qualité

En Belgique, auprès de la Vierge des pauvres

Le sanctuaire marial de Banneux, dans la province de Liège, accueille depuis 1933 de nombreux pèlerins. Sa notoriété dépasse les frontières du pays.

Une brise légère souffle à travers les sapins verdoyants. Sur le plateau de Banneux, au cœur des Ardennes liégeoises, il n’est pas difficile d’imaginer la visite de la Vierge à Mariette Beco, petite fille du pays, le dimanche 15 janvier 1933, tant le décor est resté intact. « Peut-il venir quelque chose de bon de Banneux ? », serait tenté de s’exclamer le visiteur, comme Nathanaël à l’égard de Nazareth, dans l’Évangile de Jean. Singulier lieu d’apparition que ce plateau sauvage et solitaire, qui tire son nom du mot « banal » : au Moyen Âge, c’était le domaine des pauvres, jouissant du droit coutumier sur une partie du bois.

Pour lire la suite de l’article sur le site de Famille chrétienne,
cliquez ici !

Merci ! Merci !

Thème de l’année pastorale 2017 :
la gratitude

La troisième apparition de la Vierge à Banneux, le jeudi 19 janvier 1933, est particulièrement importante et riche. À la demande de Mariette : Qui êtes-vous, Belle Dame ? celle-ci révèle un nom nouveau : Je suis la Vierge des Pauvres. Ensuite, elle conduit la petite voyante à la source. Les témoins entendent l’enfant dire : Belle Dame, vous avez dit hier : cette source est pour moi. Pourquoi pour moi ? Devant ce malentendu, Marie sourit et clarifie les choses : Pas pour toi ! Pour moi ! Et elle ajoute : Pour toutes les nations, pour les malades. D’une voix forte, l’enfant s’exclame : Merci ! Merci ! Avant de lui dire au revoir, la Vierge promet : Je prierai pour toi.

Le double MERCI de Mariette nous a inspiré le thème de l’année pastorale 2017 : vivre dans la gratitude, cultiver la reconnaissance, dire merci de tout notre cœur.

Une vie terre à terre

Lors de la première apparition, Mariette se tient à la fenêtre de la cuisine et la Belle Dame, dans le jardin potager : deux lieux qui évoquent la vie de tous les jours. Nous le savons et nous l’expérimentons sans doute parfois : la vie quotidienne peut nous accaparer très fort. « Métro, boulot, dodo » : tel est le quotidien de nombreux citadins. Chez les Beco, la ribambelle des sept enfants occupait les parents du matin au soir. Heureusement, Mariette, la « petite maman » de la maison, mettait déjà la main à la pâte. Ce quotidien accaparant peut alors rétrécir sensiblement notre horizon. Nous ne voyons et ne pensons pas plus loin que le bout de notre nez. De même que la main que l’on tient devant les yeux vous cache la plus haute montagne, ainsi notre petite vie terre à terre nous empêche de voir les fantastiques lumières et les secrets dont le monde est rempli. Celui qui est capable de l’écarter de devant les yeux verra l’intense rayonnement du monde interne (Nahman de Braslaw).

N’est-ce pas un peu ce qui est arrivé à Mariette ? Subitement s’offre à elle le rayonnement d’un monde auquel elle croyait sans doute un peu, mais qui ne jouait pas de rôle dans sa vie. Elle a découvert que la réalité est bien plus vaste, pour une part invisible aux yeux de chair, mais pas moins réelle. L’invisible est peut-être même plus réel que la réalité que nous percevons avec nos sens.

Le Belle Dame ouvre une brèche sur le monde invisible : le ciel fait irruption sur la terre. Dorénavant, une vie terre à terre ne suffira plus à Mariette. Elle sort dans le noir, fixe le ciel et attend la visite céleste. De nombreuses années plus tard, contemplant l’azur, la voyante disait encore : Ah, si elle pouvait revenir !

Lire la suite « Merci ! Merci ! »